Session MITOS Y DESMITIFICACIONES I - intervenante : Idoia Estornés Zubizarreta


La militancia vasca antifranquista. En la selva de los mitos, propios y ajenos

Militancias de los 60-70 en las culturas hispánicas del siglo XXI

Una mirada transatlántica

Au tournant du XXe siècle on assiste à l’émergence, en Espagne et en Amérique Latine, d’un ensemble de créations littéraires, cinématographiques et artistiques, de témoignages, d’essais historiques qui revisitent les discours et les pratiques du militantisme révolutionnaire des années 60-70 et l’univers conceptuel de la Nouvelle gauche.
Ces productions se penchent sur une époque dont le discours politique hégémonique était traversé par les expériences des mouvements étudiants, les luttes de libération nationale des pays du « Tiers monde », les pratiques de la contreculture (Fredric Jameson, 2009). Ces nouvelles formes de radicalité furent concomitantes d’un processus de rupture générationnelle qui a entraîné, à son tour, une profonde transformation des comportements et des cadres sociaux traditionnels (Eric J. Hobsbawm, 1994).
L’époque se définit moins ici par les évènements qui l’ont marquée que par le fait de constituer un champ de visibilité et « énonçabilité » dans une formation historique donnée (Foucault). « Une époque – affirme Gilles Deleuze en présentant cette approche foucaldienne du concept – ne préexiste pas aux énoncés qui l’expriment ni aux visibilités qui la remplissent » (2004). Le corpus étudié par les communications de ce colloque vise en ce sens moins la reconstitution de faits que l’exploration d’une pensée politique, des subjectivités qui l’ont incarnée et des multiples expressions de la radicalité. Il cherche à raconter, en quelque sorte, « la révolution en tant que passé » (Nicolás Casullo, 2013) à partir d’une double fracture : la défaite politique des expériences de la Nouvelle gauche (« izquierda radical », « nueva izquierda », « izquierda revolucionaria »), d’une part, et la remise en question théorique des catégories d’Histoire et de sujet qui sous-tendaient ce discours politique, de l’autre.
Quels sont donc les « usages du passé » (Enzo Traverso, 2005) que ces narrations artistiques et historiographiques d’aujourd’hui mettent en œuvre ? L’objectif du colloque international « Militantismes des années 60-70 dans les cultures hispaniques du XXIe siècle » est d’étudier, à partir d’une approche transatlantique, les diverses stratégies d’appropriation (Chartier 1985 /1996) et réélaboration des lectures du passé menées à bien par ces multiples manifestations culturelles et productions académiques ancrées dans les débats actuels de nos sociétés.


22 février 2016